Une rencontre inattendue

Te voici donc enfin, sinistre incarnation de la fin. Toute ma vie je fus partagé entre l’envie de te fuir et la curiosité de te rencontrer. Pas un instant je n’ai imaginé croiser ton chemin si loin des buts que je m’étais fixés. Il y a si peu de temps, je te tenais loin de mes pensées, persuadé un instant que de nombreuses décennies nous séparaient.

J’ai entendu sur toi bien des contes et nombre de descriptions. Je t’ai imaginé en guenilles, traînant ta sinistre cape noire sur les sols des cimetières, entre les tombes embrumées, faisant taire jusqu’aux grillons. Je t’ai imaginé menaçante, malfaisante, tenant bien haut cette faux, tes doigts faméliques et desséchés sur son manche de bois, bien accrochés, avide de briser des os et de répandre l’effroi.

Et maintenant voici que s’étalent devant moi, cette obscurité rassurante et ces ténèbres accueillantes. Et tu te dresses en son centre, lumière vive, quoique vacillante. Tu me tends les bras, je le sais, même si de forme tu es dépourvue. Tu ne peux me parler, mais je t’entends cependant, telle une longue et lointaine litanie d’une beauté absolue. Je suis si sensible à ton chant, que j’essuie une larme, ému.

La distance qui nous sépare est si ténue à présent, et pourtant, à ton approche je souris. Mes regrets et mes craintes envolés, je m’approche pour t’étreindre, car le repos m’attend loin de tous mes soucis. Je rejoins ainsi avec joie ta pureté ! En fermant les yeux, je me détends : ainsi s’achève ma vie, une fin si paisible que je m’en suis délecté.

👇 Vous avez aimé ce texte ? Faites-le moi savoir plus bas ! 👇

1
2

Vous pouvez aussi le partager !

Couverture Voix des songes